Nouzilly, entre bois, ruisseaux et belles demeures

logo du site
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,
  • Nouzilly,

Accueil du site > Pages Annexes > Jeanne Salmon

Jeanne Salmon


Retour à la page précédente


Jeanne Salmon est décédée le 11 juin 1751 à l’âge de 7 ans 1/2. Oui, elle a été dévorée par un loup alors qu’elle gardait un maigre troupeau à la Petite Setterie à Nouzilly. Elle ne sera pas la seule à succomber à ce triste destin.
Le curé Danican, de la paroisse de Nouzilly en a fait le récit détaillé paru dans le livre de Frédéric Gauthier aux Éditions Alan Sutton de Saint-Cyr-sur-Loire. En voici un extrait :
Alors que le diocèse attend toujours son nouvel archevêque, une nouvelle paroisse de l’archevêché de Tours va être durement touchée par les attaques. Il s’agit de Nouzilly. Son curé Danican fait part de ces malheurs et d’insurge auprès de la châtelaine du village, fustigeant l’inaction des autorités :

« Il arriva hier, dans les bois de Vaugarvault, un accident bien tragique. L’enfant de la charité qui demeuroit chez votre metayer des fosses rouges y gardant les bestiaux fut déchiré et mis en pièces a huit heures du matin par les loups carnassiers et je l’enterrai a midy un quart. On apporta a l’église les tristes restes de son cadavre enveloppés dans le tablier d’une femme et couverts de ses habits pleins de sang. La Beste lui avoit coupé le traché-artere et un partie de la joüe droite, lui avoit mangé une cuisse séparée du corps, jusqu’au […] genouil, ensorte que l’os de cette cuisse tout rongé par la partie supérieure etoit degarni de chair comme s’il avoit été raclé exprés avec un couteau. La Bête pour devorer ses intestins lui avoit mangé tout le ventre et rongé les cotes. De tous ses visceres, il ne restoit qu’environ un pied de boiau et un très médiocre partie de sa rate.
L’horreur naturelle que j’ai pour tout ce qui s’appelle vestige de cruauté fit qu’ a l’inspection seule des différentes parties de ce cadavre dechiré il me vint un violent mal de teste qui ne s’est passé que dans le sommeil. Je fit acheter sept quarts de cannevas pour ensevelir ce pauvre enfant et le l’ai inhumé avec autant de jeunge [gêne] que s’il etoit né avec beaucoup de fortune.
Les pauvres sont les membres de Jésus-Christ aussi bien que les grands, leurs souffrances les rend plus conforme a leur chef que les autres, et je crois ne les devoir pas moins honorer dans les fonctions de mon ministere. Il est bien triste qu’on ne puisse pas trouver de moyens pour garantir la vie des enfant de nos paroisses. Tous ceux qu’on a pris jusqu’à présent sont insuffisants il n’en faut point d’autres preuves que le peu de succès qu’ils ont eux. Le devoir du souverain est décarter le péril qui menace les sujets.
Nous sommes bien persuadés que les intentions du monarque, sous l’empire duquel nous vivont, tendent toutes a ce but ; mais scait-il qu’il n’y a point de jour qu’il ne perisse quelqu’un de ses sujets, sans qu’on prenne aucune mesure pour les garantir du peril dont ils sont menacés. Le Roy souffriroit-il que les troupes des princes voisins vinssent faire de courses dans les états et y massacrer ses sujets ? Lequel est le plus funeste d’etre sabré par un Landoure, ou mis en pieces par une bête feroce ? Le roy a été assés puissant pour réprimer les efforts de la part des princes de l’Europe conjurés ne pourroit-il nous mettre a l’abri de quelques loups ? Qui pourroit le penser ? Que conclure de sa sinon que la cour n’est point informée de ce qui se passe dans notre province ? Monsieur votre fils qui voit souvent Monsieur l’Intendant devroit sur cela luy faire les representations les plus fortes. Si vous le voiés, je vous supplie de lui en parler vous êtes plus propre que personne a luy faire sentir la necessité qu’il y a de remedier aux maux dont nous sommes accablés. Je fint avec mon papier dans l’esperance de vous en dire d’avantage dimanche au soir. Le 10 juin 1751
Danican, curé de Nouzilly »


Retour à la page précédente




Site réalisé en SPIP pour l'AMRF